Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #thailande tag

Thaïlande : Satun et Koh Bulon Leh

Publié le par Patrick & Co

Satun

Pulang Pergi ke pulau Langkawi (Aller-retour sur l'île de Langkawi)

Après Koh Lanta, nous allons à Satun, une ville proche de la frontière malaise. Notre autorisation de séjour en Thaïlande expire dans quelques jours et nous devons passer en Malaisie si nous voulons éviter de payer 1900 bahts par personne pour une extension de visa au bureau de l'immigration. Ce qui représente pour nous quatre un montant total d'environ 190 euros (pour un seul coup de tampon !).

Au port de Satun, nous quittons donc la Thaïlande et prenons le ferry de 9h30 pour l'île de Langkawi située en Malaisie, à une heure de trajet seulement. Là, nous effectuons les formalités d'entrée dans le pays, achetons nos billets de retour pour Satun (le prochain bateau part deux heures plus tard), sortons de Malaisie et prenons le bateau pour revenir en Thaïlande.

Et le tour est joué, tout cela n'aura pris que 4 heures ! Si l'on retire les frais pour se rendre au port, les billets pour les 2 traversées en ferry et le trajet de retour du port au centre-ville, nous avons réalisé une belle économie de 130 euros .

Pourtant, ce matin, nous n'étions pas très sereins. Depuis quelque temps, la Malaisie semble limiter cette pratique et oblige les voyageurs à rester plusieurs jours sur son territoire avant de les autoriser à sortir. Dans la pension de Satun où nous nous trouvions, on nous avait mis en garde. Récemment, des touristes s'étaient vus contraints de passer 3 jours à Langkawi !

Mais les fonctionnaires de l'immigration n'ont fait aucune difficulté et nous avons même pu discuter en malais –le malais et l'indonésien sont des langues très proches– avec un employé (d'où on venait, quels pays on visitait, combien de temps durait notre voyage, comment on avait appris l'indonésien…), en insistant sur le fait qu'on reviendrait visiter la Malaisie le mois prochain , ce qui a peut être joué en notre faveur…

Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)
Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)
Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)
Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)
Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)

Satun : quelques rues et passage obligé chez le coiffeur pour les gars :-)

Koh Bulon Leh

C'est à Bangkok que nous avons entendu parler de cette petite île pour la première fois. En lisant quelques blogs de voyage, nous nous sommes dit que cela pouvait correspondre à l'endroit rêvé que nous cherchions.

En route vers le paradis

Le voyage de Satun à Koh Bulon Leh a pourtant mal commencé.

Après avoir attendu plus de 2 heures et demie au soleil un bus qui n'est jamais passé, nous arrêtons un autre bus qui doit nous conduire à La Ngu mais qui nous dépose à un carrefour à 35 kilomètres de la ville. De là, nous arrivons à prendre un minibus pour La Ngu et enfin un sangthew pour nous rendre au port de Pak Bara. Le voyage pour parcourir moins de 50 kilomètres a duré plus de 4 heures.

Nous arrivons à Pak Bara à 12h45, pensant bien avoir raté la navette quotidienne de 12h30…

Heureusement aujourd'hui, le bateau pour Koh Bulon Leh ne part qu'à 13h.

Le guichet où nous achetons les billets nous demande 500 bahts par personne. Une courte négociation nous permet de les obtenir pour 400 bahts .

Nous avons juste le temps de courir au 7 Eleven du coin pour nous ravitailler en eau, en paquets de pains de mie et en pots de confiture (pour les goûters), d'acheter des plats à emporter (nous n'avons pas encore mangé) et nous arrivons chargés comme des mules à l'embarcadère. Là, mauvaise surprise : on nous fait payer un doit d'entrée de 20 bahts par personne pour avoir le droit de nous rendre au quai d'embarquement… Si ce n'est pas du racket, ça y ressemble. Alors, en bon Français, nous râlons ! Cela ne sert à rien mais ça nous soulage un peu. L'employée est bien en peine de nous expliquer pourquoi il faut payer cette taxe… A-t-on jamais entendu qu'il fallait payer une taxe pour prendre un train ou un bus ?

Au moment de charger nos sacs dans le bateau, catastrophe : Christelle s'aperçoit qu'elle a perdu son "papo" ! Dans la précipitation, elle a probablement dû le faire tomber quand nous avons couru pour faire nos emplettes. Dans un dernier espoir, elle ressort du port, court à toutes jambes demander à droite et à gauche (là où nous étions passés) si quelqu'un aurait trouvé un chapeau, mais peine perdue : plus de chapeau ! Disparu le chapeau ! Pas qu'elle y tenait particulièrement mais il y a beaucoup de soleil dans les îles et ça tape dur ! Il grossira notre liste des objets perdus.

Finalement, nous ne montons dans le speed boat qu'à 13h30.

Un rapide coup d'œil sur les autres passagers (une petite dizaine seulement) et nous comprenons que notre destination ne doit pas être un endroit fait pour les fêtards. Romain nous fait d'ailleurs remarquer "qu'il n'y a que des vieux", sic (c’est-à-dire, à peu de chose près, des gens de notre âge ).

À l'arrivée à Koh Bulon, notre speed-boat s'arrête à côté d'un "long tail boat" (grande barque à moteur qui fait office de bateau-taxi) stationné à une cinquantaine de mètres de la plage. Et il faut encore payer 50 bahts par personne pour être déposés sur le sable…

Là où se trouve Koh Bulon Leh ;-) mais il ne faut pas le dire...

Là où se trouve Koh Bulon Leh ;-) mais il ne faut pas le dire...

Long tail boat

Long tail boat

Le paradis, ou l'idée que nous nous en faisons.

Nous avons choisi le Ban Sulaida pour notre séjour, un peu au hasard. Bien intégrés dans la végétation, nos bungalows en bois sont basiques mais offrent tout le confort nécessaire (terrasse, grand lit avec moustiquaire, petite salle d'eau avec évier et pommeau de douche, ventilateur et électricité de 18h à minuit).

C'est l'endroit rêvé. Confortablement installé dans un hamac, on peut, au son strident des cigales, voir des écureuils se balancer de branche en branche, des varans traverser le jardin ou grimper dans les arbres, des papillons voleter çà et là, de curieux oiseaux au bec proéminent (des calaos) chanter à tue-tête… et des moustiques particulièrement voraces attendre 17h pour commencer leur repas .

Koh Bulon Leh : avenue principale et notre bungalow
Koh Bulon Leh : avenue principale et notre bungalow
Koh Bulon Leh : avenue principale et notre bungalow

Koh Bulon Leh : avenue principale et notre bungalow

Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans
Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans

Koh Bulon Leh : nos voisins, calaos, king fisher, papillons, phasmes XXL et autres varans

La très belle plage située à l'Est de l'île (Sheoak Forest beach suivie de Bulon beach) n'est qu'à dix minutes de marche de notre pension. Les eaux y sont limpides, bleu turquoise et le sable fin comme de la poudre. Des cocotiers et des casuarinas permettent de trouver de l'ombre à toute heure de la journée. Quant aux fonds marins, à quelques mètres seulement du bord, ils nous permettent de voir plus de poissons et de coraux multicolores qu'au cours de nos sorties snorkeling de Koh Tao et Koh Lanta réunies !

Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable
Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable
Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable
Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable
Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable
Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable

Koh Bulon Leh : la belle plage de Sheoak Forest et les concours de sculpture sur sable

Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling
Koh Bulon Leh : snorkeling

Koh Bulon Leh : snorkeling

C'est sûr, l'endroit nous plaît. Calme et reposant, on y perd facilement la notion du temps. Cela fait également du bien de ne pas avoir de Wifi et de se détacher complètement du monde extérieur (bon, ce n'est peut-être pas l'avis des garçons ).

La plupart des touristes qui viennent ici restent longtemps. Nombreux sont ceux qui sont déjà venus plusieurs fois. Des retraités ont même fait de ce lieu leur résidence secondaire et passent ici les mois d'hiver au chaud, sous les cocotiers, à moindre coût.

Nous avions prévu de passer du temps sur les îles alentour mais nous sommes véritablement tombés sous le charme envoûtant de Koh Bulon Leh ! Tant pis pour les autres îles, peut-être irons-nous les visiter un jour... ou pas.

La vie sur Koh Bulon Leh : le Coconut Bar aux couleurs françaises ;-), passage de la tondeuse devant l'école, séances de devoirs quelques peu perturbées par les chatons de la pension :-)
La vie sur Koh Bulon Leh : le Coconut Bar aux couleurs françaises ;-), passage de la tondeuse devant l'école, séances de devoirs quelques peu perturbées par les chatons de la pension :-)
La vie sur Koh Bulon Leh : le Coconut Bar aux couleurs françaises ;-), passage de la tondeuse devant l'école, séances de devoirs quelques peu perturbées par les chatons de la pension :-)

La vie sur Koh Bulon Leh : le Coconut Bar aux couleurs françaises ;-), passage de la tondeuse devant l'école, séances de devoirs quelques peu perturbées par les chatons de la pension :-)

Koh Bulon Leh : calamars mis à sécher sur des fils barbelés :-)

Koh Bulon Leh : calamars mis à sécher sur des fils barbelés :-)

Koh Bulon Leh :  forêt d'hévéas, Pink-Necked Green Pigeon (dommage qu'ils mettent ces magnifiques oiseaux en cage...), pagure
Koh Bulon Leh :  forêt d'hévéas, Pink-Necked Green Pigeon (dommage qu'ils mettent ces magnifiques oiseaux en cage...), pagure
Koh Bulon Leh :  forêt d'hévéas, Pink-Necked Green Pigeon (dommage qu'ils mettent ces magnifiques oiseaux en cage...), pagure
Koh Bulon Leh :  forêt d'hévéas, Pink-Necked Green Pigeon (dommage qu'ils mettent ces magnifiques oiseaux en cage...), pagure

Koh Bulon Leh : forêt d'hévéas, Pink-Necked Green Pigeon (dommage qu'ils mettent ces magnifiques oiseaux en cage...), pagure

Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai
Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai
Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai
Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai
Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai
Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai

Koh Bulon Leh : village de pêcheurs à Mango Bay, mangrove de Panka Noi Bay et village Chaolai

Koh Bulon Leh : Mango Bay et Panka Noi Bay (avec des motos amphibies ;-)
Koh Bulon Leh : Mango Bay et Panka Noi Bay (avec des motos amphibies ;-)
Koh Bulon Leh : Mango Bay et Panka Noi Bay (avec des motos amphibies ;-)

Koh Bulon Leh : Mango Bay et Panka Noi Bay (avec des motos amphibies ;-)

Même au paradis, il faut faire attention où l'on met les pieds…

Le 21 janvier sera marqué par 2 évènements majeurs. Tout d'abord, c'est l'anniversaire de Patrick . Ensuite, en jouant au ballon dans la mer avec Romain, il marche de tout son poids sur un oursin (aie !). Résultat : 12 épines plantées sous le pied gauche. Comme cadeau d'anniversaire, on fait mieux !

Christelle arrive à retirer quelques morceaux à l'aide d'une aiguille, d'une pince à épiler et de l'aspi-venin. Et pour désinfecter les plaies, nous frottons avec du citron vert (re-aïe).

Mais au bout de quelques jours, après avoir essayé tous les remèdes de grand-mère qu'on nous conseille (cire de bougie chaude sur les plaies, jus blanchâtre de papaye verte, huile de coco, bains de pied, …), 3 épines invisibles demeurent plantées sous le talon, au plus mauvais endroit pour espérer marcher normalement. Alors, la seule solution est de confectionner une semelle à partir d'une tong récupérée sur la plage. En perçant des trous aux endroits où se trouvent les 3 épines et en la calant dans la chaussure, cela permet de pouvoir appuyer le talon et de marcher sans souffrir (euh, sans trop souffrir…).

Un oursin, ça pique énormément :-)
Un oursin, ça pique énormément :-)
Un oursin, ça pique énormément :-)
Un oursin, ça pique énormément :-)

Un oursin, ça pique énormément :-)

Fin des vacances

Aujourd'hui 28 janvier, nous quittons Koh Bulon Leh en long tail boat pour rejoindre Pak Bara sur le continent. Quand nous arrivons, un minibus part presque aussitôt pour Hat Yai et il reste 4 places . Le trajet ne dure qu'une heure et demie, il faut dire que le chauffeur a l'air pressé…

Après 3 semaines passées sur notre île, loin de toute agitation, ce retour en ville a un goût amer. Koh Bulon Leh, un endroit où nous reviendrons volontiers.

Finis les petits-déjeuners sur la plage de Panka Noi Bay...

Finis les petits-déjeuners sur la plage de Panka Noi Bay...

Départ pour le continent, notre petit mousse, le fils du boat-man

Départ pour le continent, notre petit mousse, le fils du boat-man

Demain matin (le 30 janvier), nous partons pour Penang, en Malaisie.

De là, nous prendrons un avion pour Medan (en Indonésie, sur l'île de Sumatra). Il est possible que nous n'ayons pas beaucoup d'accès à internet pendant le mois de février (alors, pas d'inquiétude ☺). Notre prochain article sera probablement publié début mars.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>